Community Land Trust Bruxelles – Brussels

La ville de demain sur un terrain commun – De stad van morgen op gemeenschapsgrond

CLTB

Une sévère crise du logement affecte Bruxelles depuis les années 2000 : doublement des prix de l’immobilier en 10 ans, déficit criant de logements sociaux, part des revenus affectée aux loyers trop importante, bâti non conforme aux règles de salubrité…

Des associations, citoyens et militants se sont alors réunis afin de chercher une réponse durable à la crise du logement, tout en prenant en compte l’aspect multiculturel qui caractérise Bruxelles. C’est ainsi qu’ils ont découvert le modèle Community Land Trust. Créé dans les années 1970 aux Etats-Unis par des défenseurs des droits civiques des Noirs Américains (notamment Slater King, cousin de Martin Luther King), il a été entériné dans les années 1980 grâce à l’appui de Bernie Sanders qui voyait dans ce modèle une alternative d’avenir à l’inflation des prix du foncier.


Qu’est-ce qu’un Community Land Trust ?

Le modèle Community Land Trust considère le sol comme un bien commun qu’il faut protéger, notamment de la spéculation, et qui doit être géré par la communauté pour le bien-être de la communauté.

Le Community Land Trust Bruxelles se base sur les principes suivants.

1) La séparation du sol et du bâti : Le CLTB acquiert, possède et gère des terrains dont il reste toujours propriétaire et y construit des logements qu’il vend à des particuliers. Comme la valeur du sol n’est plus prise en compte, le logement est alors moins cher.

2) Le maintien perpétuel des biens accessibles aux revenus les plus bas : Lorsqu’un propriétaire souhaite vendre son bien, il doit le faire à un prix plafonné. Il pourra alors récupérer la totalité de ce qu’il a investi et environ 25% de la plus-value. Les 75% restants correspondent à la plus-value foncière et seront déduits du prix de revente du bien. Ce mécanisme, qui considère le sol comme un bien commun, permet d’éviter la spéculation immobilière et de rendre accessibles des logements de qualité pour des faibles revenus, génération après génération.

3) Une gestion tripartite : Le CLTB s’attache à ce que les intérêts de tous les acteurs de son développement soient représentés au sein de son Conseil d’Administration. Il est ainsi composé de manière équitable par des habitants CLTB, des représentants des pouvoirs publics, et des représentants de la société civile (riverains, associations partenaires, sympathisants…).

4) L’implication des habitants dès les premières étapes du projet : La participation des habitants et la cogestion occupent une place centrale dans notre fonctionnement. Nous accordons énormément d’importance à impliquer étroitement les futurs propriétaires dans l’élaboration de nos projets et notre organisation. Nous pensons ainsi leur offrir plus de chances d’émancipation. En produisant, avec les habitants, des infrastructures à destination du quartier, nous voulons contribuer à la cohésion sociale des quartiers où nous sommes actifs et au développement d’une économie locale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Agenda CLTB

Pas d'événements à venir

Like us on facebook

Follow me on Twitter

Avec le soutien de – Met steun van het

%d blogueurs aiment cette page :