Community Land Trust Bruxelles – Brussel

La ville de demain sur un terrain commun – De stad van morgen op gemeenschapsgrond

Le CLT de Bruxelles à la découverte de l’Amérique Latine (ou peut-être l’inverse)

111Le modèle du Community Land Trust ne suscite pas seulement un intérêt accru en Europe, mais également en Amérique Latine. C’est ce qu’un membre de l’équipe CLTB a eu l’occasion de découvrir lors du voyage qu’il a effectué en début d’année 2015 à Santiago de Chile.
En effet, au départ de quelques contacts informels, il a eu la chance de pouvoir présenter le modèle du Community Land Trust devant trois institutions clefs dans la fabrication de réponses à la crise du logement et à la crise urbaine au Chili et à Santiago en particulier.
Il a d’abord présenté à l’Institut de l’Habitat (Instituto de la Vivienda – INVI) de l’Université du Chili (Universidad de Chile) devant une dizaine de chercheurs et d’étudiants en urbanisme. Une discussion passionnée a ensuite eu lieu. Il ressort que le modèle intéresse, bien que sa transposition ne paraît pas évidente dans le contexte chilien d’une politique du logement strictement orientée sur l’accès à la propriété dans le cadre d’un marché non encadré. Adopter le modèle du CLT demanderait en tout cas une révolution culturelle importante pour se développer, ce que certains appelle de leur vœux. Le centre de recherche publie notamment une revue pé113riodique sur les enjeux urbains au Chili où peut-être un jour on retrouvera l’étude du Community Land Trust (http://revistainvi.uchile.cl/).

Ensuite, il a ensuite présenté le modèle à l’équipe complète de la sous-direction de la gestion de l’habitat de la municipalité de Santiago (subdireccion de gestion de Vivienda de la Municipalidad de Santiago). La municipalité cherche à développer des opérations de construction de logements dans le centre de la ville, soumise à une forte pression immobilière et recherche des solutions innovantes, économes et durables pour y parvenir. La découverte du modèle de CLT a généré un réel intérêt permettant sûrement d’élargir leurs perspectives pour envisager leurs projets.
Enfin, une présentation a eu lieu devant une dizaine de collaborateurs de Maria Paulina Saball, Ministre du Logement et de l’urbanisme (Ministerio de Vivienda y urbanismo).
Lors de la rencontre, les échanges ont montré les difficultés qu’ils rencontrent pour développer une politique du logement volontariste en matière de maîtrise foncière sociale au Chili. En effet, plus que les pays voisins, le Chili est particulièrement marqué par une gestion néo-libérale de son marché immobilier. Dans ce contexte, le politique semble manquer d’outils pour initier une politique publique forte en matière de production de logements accessibles dans les centres urbains.
112Ce premier pont lancé entre la Belgique et l’Amérique Latine aura en tout cas permis d’échanger sur nos problèmes communs (hausse des prix, exclusion, faible maîtrise foncière, …) et nos différences (notamment, l’absence de logement social, …) mais surtout d’affirmer le désir de poursuivre nos échanges à l’avenir. A suivre dans de prochaine aventures !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 mars 2015 par .

Agenda CLTB

Pas d'événements à venir

Follow me on Twitter

Avec le soutien de – Met steun van het

%d blogueurs aiment cette page :